• La notion de value

    Lorsque l'on parie sur les courses de chevaux, il faut bien sûr choisir le bon cheval. Mais la cote a également son importance. Jouer un cheval à 1,20 ou à 2,00 ce n'est pas vraiment pareil. Comme les turfistes sont confrontés à des cotes mutuelles, celles-ci varient jusqu'au dernier moment. On ne peut donc pas savoir avec précision ce que l'on peut gagner. Ceci est quand même un gros handicap. On doit alors se poser une question : "Est-ce que le risque que je prends à jouer ce cheval est plus important ou moins important que la cote proposée? ".

    Dans le monde des paris sportifs (qui se font à cotes fixes), on parle de value bet. Pour mieux comprendre, comparons avec le tennis. Si on a un match Federer contre Nadal et que l'on estime que c'est du 50/50, on devrait avoir des cotes de 2,00 pour Federer et de 2,00 pour Nadal. Mais les bookmakers se prennent une marge qui varie de l'un à l'autre. Chez les meilleurs bookmakers on aura du 1,95 pour Federer et du 1,95 pour Nadal. Maintenant si nous avons une info comme quoi Nadal serait blessé et qu'en plus le match ne se déroule pas sur terre battue, il est évident que les chances de gagner de Federer seront plus importantes que celles de Nadal. Dès lors, la cote à 1,95 de Federer est intéressante à jouer. A l'inverse, la cote de 1,95 pour Nadal ne l'est pas. Le parieur parie donc sur Federer à une cote de 1,95. Et en jouant ce genre de pronos, il sera gagnant sur le long terme.

    Mais voilà, dans le monde des courses, cela se passe différemment. Si on a l'info que le cheval "Nadal" est blessé, et que l'on joue sur le cheval "Federer" à 1.95, on ne touchera pas nécessairement cette cote à 1,95 car les autres turfistes auront eu écho de la chose également. Le fait d'avoir l'info en premier sur la blessure du cheval "Nadal" ne nous sert à rien. Au final, le cheval "Federer" se retrouve à 1,50. Ceci est donc moins intéressant.

    C'est pour celà qu'il est important de savoir estimer la cote finale. Il faut se donner une cote en-dessous de laquelle on ne pariera pas. Pour se faire, on doit se laisser une marge au cas où la cote chuterait fortement en fin de betting. Ce qui est souvent le cas.


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :